Sauvegarde des données - Guide pour une stratégie de sauvegarde optimale

Andreas Hitzig

La sauvegarde régulière des données est extrêmement importante, et pas seulement depuis l'apparition des ransomwares et des crypto-virus. Nous vous montrons quelles sont les options dont vous disposez et comment faire le meilleur choix.

Avant de commencer à sauvegarder vos données, nous vous recommandons de mettre en place une stratégie. Cela s'applique aussi bien aux données sur votre smartphone ou votre tablette qu'aux données sur votre ordinateur.

Avec un smartphone, c'est généralement la perte de l'appareil, le vol ou, dans de rares cas, une panne totale. Dans le cas d'un ordinateur ou d'un notebook, il s'agit plutôt de dommages causés par un disque dur ou un SSD défectueux, un ransomware ou du café sur le clavier. Tous les cas décrits aboutissent au même résultat : les données sont généralement irrévocablement perdues.

Par conséquent, examinez d'abord sur quels appareils vous avez stocké des données personnelles et essayez de les classer.

Classification des données

Sur votre ordinateur, il est important d'identifier les fichiers et dossiers importants. Il s'agit tout d'abord des répertoires contenant vos données personnelles, depuis vos photos et vidéos privées jusqu'à votre collection de musique et votre fichier Outlook.

Il est préférable d'avoir une vue d'ensemble de tous les répertoires de votre ordinateur et de noter ceux qui contiennent des données pertinentes.

Bien sûr, vous pouvez aussi vous mettre à l'aise et toujours sauvegarder l'ensemble de votre ordinateur. Toutefois, selon la méthode de sauvegarde choisie, cette opération prend généralement beaucoup de temps, surtout si vous disposez d'une grande quantité de données.

Sur votre smartphone ou votre tablette, la sélection des données à sauvegarder est généralement assez gérable. Malgré cela, nous avons consacré une section distincte à ce sujet.

La bonne méthode de sauvegarde

Il existe différentes méthodes que vous pouvez utiliser pour sauvegarder vos données. Plusieurs facteurs influencent le choix de la bonne méthode, comme la taille des données à sauvegarder, les coûts des supports de données, votre connexion à Internet ou la fréquence des changements.

Dans les sections suivantes, nous allons expliquer les différentes méthodes et vous montrer les avantages et les inconvénients.

1.

Sauvegarde complète

La sauvegarde complète, comme son nom l'indique déjà, sauvegarde l'intégralité de votre stock de données ou de votre disque dur. Cela inclut à la fois vos données personnelles et les données du système d'exploitation.

Avec cette approche, vous n'avez pas à vous soucier des données que vous sauvegardez - une stratégie de sauvegarde n'est pas vraiment nécessaire. Si votre disque dur est détruit, vous pouvez le restaurer dans son intégralité.

Pour la sauvegarde, utilisez un programme de sauvegarde qui se charge de sauvegarder tous les fichiers. Cela inclut les données utilisées par le système d'exploitation.

Certains opérateurs de stockage sur le cloud vous proposent un client correspondant qui effectue ces tâches. Pour éviter que le transfert de données ne devienne un gouffre, une compression du disque dur est effectuée dans le cadre de la sauvegarde. En fonction de l'algorithme utilisé, il est possible de réaliser des économies importantes.

Si cette solution vous convient, il vous suffit d'utiliser notre grand comparatif de sauvegarde sur le cloud et de restreindre la recherche à la fonction "Sauvegarde intégrale du disque".

sauvegarde simple

Aucune stratégie de sauvegarde n'est nécessaire

Des besoins croissants en espace

Sauvegarde coûteuse en temps

2.

Sauvegarde différentielle

Avec la sauvegarde différentielle des données, une sauvegarde complète des données est effectuée le premier jour, et seules les données modifiées sont sauvegardées les jours suivants. Les modifications sont toujours effectuées par rapport à la sauvegarde complète. Cela signifie que la sauvegarde différentielle croît régulièrement jusqu'à ce que vous fassiez une autre sauvegarde complète.

À cette fin, les sauvegardes individuelles peuvent être traitées indépendamment les unes des autres. Pour une restauration, vous n'avez besoin que de la sauvegarde complète et de la dernière sauvegarde différentielle.

Requiert moins d'espace de stockage que la sauvegarde complète

Plus rapide que la sauvegarde complète

Les fichiers modifiés sont sauvegardés chaque jour jusqu'à la prochaine sauvegarde complète.

Restauration plus lente que la sauvegarde complète

Deux dates nécessaires pour la restauration

Un moteur de sauvegarde est également nécessaire pour la sauvegarde différentielle. À cette fin, vous pouvez utiliser, par exemple, la fonction "Sauvegarde et restauration" de Windows.

3.

Sauvegarde incrémentielle

Avec la sauvegarde incrémentielle, vous commencez également par une sauvegarde complète de vos données, comme avec la sauvegarde différentielle. Dans les sauvegardes suivantes, seules les modifications survenues depuis la dernière sauvegarde sont enregistrées. Peu importe qu'il s'agisse d'une sauvegarde complète ou incrémentielle.

Cela signifie que si vous voulez restaurer le stock de données complet après une perte de données, vous devez d'abord restaurer la dernière sauvegarde complète, puis toutes les sauvegardes incrémentielles.

La solution est donc très peu encombrante et également très courante avec les services de sauvegarde sur le cloud. La quantité de données à sauvegarder et, par conséquent, la quantité de données à transférer, sont toujours aussi importantes que les données modifiées ou nouvellement ajoutées.

Si vous êtes toujours à la recherche d'un service de sauvegarde sur le cloud pour des sauvegardes incrémentielles, nous vous recommandons notre grand comparatif de sauvegarde sur le cloud. Vous y trouverez de nombreux services qui vous aident à sauvegarder vos données.

La méthode de sauvegarde n'est pas sans risque : si l'une des sauvegardes incrémentielles est défectueuse, toutes les autres sauvegardes ne peuvent pas non plus être restaurées.

Faible besoin de stockage

Sauvegarde rapide après la sauvegarde initiale complète

La restauration est coûteuse et risquée

Principe multigénérationnel

Dans cette procédure, plusieurs sauvegardes sont créées selon différentes gradations - grand-père, père et fils. L'objectif est de disposer de différentes versions pour la restauration.

Le principe de la multi-génération n'est pas lié à une méthode de sauvegarde spécifique mais montre un moyen d'obtenir une rotation optimale des supports de stockage avec un certain nombre de supports de stockage.

Ce principe est principalement utilisé avec des supports réinscriptibles tels que les bandes ou les cassettes de sauvegarde.

Dans l'exemple suivant, nous vous montrons comment le concept est appliqué à une semaine de cinq jours. Au total, 20 supports de stockage sont utilisés, dont quatre jouent le rôle du fils, quatre le rôle du père et douze le rôle du grand-père.

Avec les 20 supports de stockage, la sauvegarde des données d'une année complète est assurée. Avec les quatre médias fils S1 à S4, vous assurez les jours de semaine du lundi au jeudi. Le vendredi, la sauvegarde hebdomadaire est alors utilisée avec le premier support V1, sur lequel est effectuée la sauvegarde complète de la semaine.

Puisqu'il y a maintenant une sauvegarde hebdomadaire, les quatre sauvegardes quotidiennes de la première semaine peuvent être réutilisées au cours de la deuxième semaine. Le vendredi de la deuxième semaine, le père V2 est à nouveau utilisé.

La même procédure est ensuite suivie pour les semaines trois et quatre suivantes.

Le dernier jour du mois, le grand-père G1 est utilisé pour la première fois. La première sauvegarde mensuelle est effectuée sur celui-ci. Ensuite, en fonction du jour de la semaine, vous continuez avec une sauvegarde quotidienne ou hebdomadaire.

Vous continuez cette procédure jusqu'à la fin de l'année, à la fin de laquelle vous utilisez le dernier support grand-père G1. Puis vous recommencez et utilisez à nouveau tous les supports de données selon le schéma décrit ci-dessus.

Vous avez ainsi appris à connaître les principales méthodes de sauvegarde ainsi que le principe de génération et vous avez, sans doute, trouvé une méthode qui convient à votre environnement. Avant de commencer à choisir le bon support de sauvegarde, nous aimerions vous présenter la règle 3-2-1.

La règle du 3-2-1

Une règle que vous rencontrerez sans cesse lorsque vous aborderez le sujet des stratégies de sauvegarde est la règle 3-2-1. Qu'est-ce que cela signifie ?

  • Le 3 signifie que vos données sont stockées trois fois : une fois en tant qu'original dans le système en direct et une autre fois sur deux supports de stockage alternatifs.
  • Le 2 correspond à la sauvegarde des données sur deux technologies différentes. Il peut s'agir, par exemple, d'un disque dur USB externe, d'un stockage en réseau (NAS), d'un Blu-Ray ou d'un stockage sur le cloud. Les sections suivantes vous permettront d'en savoir plus sur les différents types de stockage, leurs coûts et leurs domaines d'application.
  • Le 1 signifie "stockage de données hors site". Par exemple, il peut s'agir du cloud ou de votre entreprise.

Si vous combinez cette règle et la méthode de sauvegarde appropriée, rien ne peut arriver à vos données. Vous découvrirez quelle méthode est la mieux adaptée à quelles données dans la dernière partie de l'atelier.

Divers supports de sauvegarde

Les supports de stockage sont devenus de moins en moins chers ces dernières années : pour un disque dur externe de huit téraoctets comme le WD Elements avec interface USB 3.0, vous payez actuellement environ 165 euros chez Amazon. Cela représente environ 20 euros par téraoctet. D'autres supports de stockage, comme un disque Blu-Ray enregistrable d'une capacité de 50 gigaoctets, coûtent environ 2 euros. Bien entendu, il existe de nombreuses autres options, que nous vous présenterons dans les paragraphes suivants.

1.

Stockage sur un support de données externe

Les disques durs externes que vous connectez via l'USB 3.0 sont très populaires, notamment pour la sauvegarde d'un ordinateur local. Un disque dur de huit téraoctets comme le Western Digital Elements Desktop atteint des taux de transfert allant jusqu'à 150 mégaoctets par seconde en mode écriture et des taux de lecture encore plus élevés via l'interface USB 3.0. Dans le meilleur des cas, vous pouvez transférer 50 gigaoctets de données en 5,5 minutes. Le prix d'un téraoctet est d'environ 20 euros, donc 50 gigaoctets coûtent environ un euro. La durée de conservation de vos données sur un disque dur est d'environ dix ans dans des conditions environnementales optimales.

Les disques Blu-Ray sont un peu plus chers. Ils coûtent environ deux euros pour un disque vierge de 50 gigaoctets sur lequel on peut graver à une vitesse six fois supérieure à la normale. Si vous voulez graver entièrement sur le disque, il vous faudra un peu moins de 32 minutes à un taux de transfert de 1,58 gigaoctet par minute, soit six fois la vitesse de gravure. Le support de données est donc plus coûteux et considérablement plus lent. D'autre part, il est plus facile à archiver, d'autant plus qu'un Blu-Ray est actuellement censé durer entre 50 et 80 ans s'il est stocké de manière optimale.

2.

Sauvegarde des données sur le réseau local

Une alternative à la sauvegarde via un graveur intégré ou le disque dur USB connecté est de stocker les données sur un NAS, c'est-à-dire un disque dur que vous connectez à votre routeur ou à un commutateur réseau.

Par rapport au disque dur USB normal, le NAS présente certains avantages : en règle générale, deux disques durs y sont installés, qui, selon la configuration, stockent les données en parallèle. C'est ce qu'on appelle une matrice RAID-1. Les données sont stockées deux fois. Si un disque dur tombe en panne, il peut être remplacé et l'autre conserve une copie des données.

Un NAS avec deux disques durs de quatre téraoctets chacun d'un grand fabricant comme Synology coûte entre 550 et 650 euros. Cela vous amène à un prix par 50 gigaoctets d'environ 6,7 euros à ce stade, ce qui dans ce cas inclut déjà une double sauvegarde des données. Si vous renoncez à cela et utilisez la totalité du contenu de stockage des disques en RAID-0, vous arrivez à un prix d'environ 3,35 euros pour les 50 gigaoctets.

Les taux de transfert dépendent fortement des disques durs utilisés et de votre infrastructure réseau. Lors de tests indépendants, le NAS a atteint un taux moyen de lecture et de gravure d'environ 120 mégaoctets par seconde. Cela vous donne environ sept gigaoctets par minute et, au final, il vous faut sept bonnes minutes pour les 50 gigaoctets.

La durée de vie, comme pour le disque dur externe USB, est d'environ dix ans.

D'autre part, un tel système peut également contrôler et gérer directement la sauvegarde des données sur le cloud. Le fabricant Synology, comme beaucoup d'autres, a doté ses systèmes NAS d'une interface utilisateur graphique. Il existe également une application CloudSync, qui prend en charge la synchronisation de vos données NAS vers un stockage sur le cloud de votre choix. Outre le protocole WebDav, de nombreux opérateurs sont également compatibles en mode natif : du cloud chinois Alibaba au stockage sur le cloud de Microsoft dans Azure.

3.

Sauvegarde des données sur le cloud

Pour de nombreux services de notre comparatif de sauvegarde sur le cloud, il existe un support officiel ou au moins officieux pour la connexion directe d'un NAS au stockage sur le cloud. Ceci est particulièrement intéressant pour les services qui n'ont pas de limite de stockage, comme Backblaze, Carbonite ou Crashplan. Bien que ces services ne soient pas directement pris en charge par Synology, il existe des instructions sur Internet pour ces trois services sur la façon de relier votre système NAS au stockage sur le cloud correspondant.

Ensuite, une synchronisation permanente de votre NAS avec le cloud est effectuée automatiquement et avec une bande passante définie.

Bien sûr, vous ne devez pas nécessairement utiliser un NAS pour tirer le meilleur parti d'une sauvegarde sur le cloud. Les opérateurs que nous avons examinés dans notre comparatif de sauvegarde sur le cloud offrent des solutions client puissantes à cette fin. Pour en savoir plus, consultez notre article principal sur le stockage sur le cloud.

Comme les solutions cloud sont des solutions locatives, nous ne pouvons que donner les coûts par an à ce stade : pour Crashplan, il s'agit d'un bon 90 euros par an pour un ordinateur, pour Carbonite environ 40 euros et pour Backblaze également dans une tranche similaire.

Puisqu'il s'agit d'un stockage sur le cloud et que l'opérateur est responsable de la conservation des données, vous avez théoriquement une durée de vie illimitée pour vos données.

Notre TOP 3 des opérateurs de sauvegarde sur le cloud

Sauvegarde des smartphones et des tablettes

Il n'y a généralement pas tant de données sur vos smartphones et tablettes que vous devez absolument sauvegarder. Outre les photos et les vidéos, il s'agit principalement de données d'applications telles que l'historique des appels de votre messagerie ou la progression de vos applications de jeux.

À cette fin, vous pouvez utiliser le stockage standard sur le cloud des opérateurs sur Android et iOS, ainsi que de nombreux opérateurs tiers tels que Dropbox ou Box. Ces derniers sont principalement utilisés pour la synchronisation automatique de films et de vidéos. Les données de base de votre appareil mobile sont stockées sur le cloud du fabricant concerné.

Vous définissez les paramètres correspondants pour Android sous "Paramètres / Système / Sauvegarde".

Android et iOS vous offrent leurs propres outils pour sécuriser les terminaux mobiles

Pour iOS, vous pouvez trouver la configuration de la sauvegarde sous "Paramètres / iCloud / Sauvegarde iCloud".

C'est à vous de choisir le service que vous allez utiliser pour sauvegarder vos photos et vos vidéos.

La plupart des messageries, telles que WhatsApp ou Facebook Messenger, utilisent leur propre système de sauvegarde des données. Vous les configurez dans l'application et y définissez les paramètres de sauvegarde.

Conclusion

Il existe de nombreuses façons de sauvegarder les données de manière optimale. Tout d'abord, réfléchissez à ce que vous voulez sauvegarder et ensuite, à la manière dont vous voulez sauvegarder les données. En fin de compte, le choix de la stratégie de sauvegarde dépend fortement de la quantité de données changeantes. Si celle-ci est faible, il est préférable d'utiliser une sauvegarde incrémentielle. Sinon, l'option différentielle est également une bonne alternative.

Un système de stockage NAS est judicieux surtout si vous avez différents appareils à stocker et si vous cherchez un moyen facile de mettre en œuvre la stratégie 3-2-1 pour assurer la sécurité de vos données.

Un NAS vous permet généralement de télécharger des données en toute sécurité vers le cloud, même si le débit de téléchargement est plus faible, car le NAS peut transférer en permanence et n'utilise qu'une bande passante maximale prédéfinie.

Quelle que soit la stratégie retenue au final : effectuez les sauvegardes régulièrement afin de perdre le moins d'informations possible en cas de perte de données.

N'oubliez pas les tests réguliers

Quelle que soit la sauvegarde que vous utilisez au final, exercez-vous à la restauration des données, en particulier avec les sauvegardes différentielles et incrémentielles. Ainsi, vous êtes prêt à faire face à une situation d'urgence et vous savez exactement quelles sont les étapes nécessaires pour restaurer les données perdues.

Cet exercice vous permettra également de savoir si vos mécanismes de sauvegarde fonctionnent réellement ou s'il existe un problème général dans votre concept de sauvegarde.

Autor: Andreas Hitzig
Dans son emploi principal, Andreas Hitzig gère l'informatique d'une entreprise de taille moyenne. Il est également auteur indépendant dans le domaine de l'informatique depuis plus de deux décennies. Il écrit principalement sur des sujets liés à Android et à la sécurité informatique, mais il inclut également des expériences de sa vie quotidienne dans ses articles.
Autres langues:
English Deutsch